Skip to content

Qui sommes-nous ?

Kokopelli… kesako ?

Kokopelli est un personnage mythique amérindien. Symbole de fertilité, de joie, de fête, de longue vie. C’est aussi un esprit de la musique, un conteur, un voyageur de commerce, un faiseur de pluie, un guérisseur, un professeur, un magicien farceur, un séducteur, et un fertilisateur.

Kokopelli possède la sagesse de l’âge. Ce joyeux voyageur a une leçon pour chacun. Tantôt masculin tantôt féminin, il apparait depuis des millénaires, du nord au sud du continent américain. Il est plus particulièrement présent chez les Navajo.

La bosse de Kokopelli contient des graines, des plantes, des bébés, des mocassins et des couvertures, des sacs de chansons, des objets sacrés ou médicinaux, le tout étant destiné à être offert aux personnes qu’il souhaite séduire ou contenter.

Tout en semant les graines cachées au creux de sa bosse, il chante et il joue de la flûte. Il insuffle, ainsi, dans les semences, le souffle de la vie.

Créée en 1999 par Dominique Guillet, l’Association Kokopelli travaille à la préservation, des variétés traditionnelles ou anciennes, de plantes potagères. Elle distribue des semences de légumes, de plantes médicinales, de condimentaires, de fleurs et de céréales, en danger de disparition. Ces semences sont issues de l’agriculture biologique

La pression des multinationales et des réglementations, qui partout dans le monde restreignent l’usage et la commercialisation des semences par des petits producteurs, paysan, maraîchers et jardiniers met gravement en danger la souveraineté et la sécurité alimentaire. Kokopelli offre une collection planétaire de plus de 2700 variétés de semences qu’elle considère comme patrimoine de l’humanité.

La vocation de Kokopelli : préserver la biodiversité semencière et potagère et créer un réseau de production de semences pour l’autonomie alimentaire.

Kokopelli-Suisse est une association sans but lucratif, constituées en 2011, dont le siège est à Bretonnières, au pied du Jura, dans le canton de Vaud. Elle prolonge sur le territoire suisse, le travail de l’Association Kokopelli dont le siège est au Mas d’Azil dans le département de l’Ariège en France.

Le contexte juridique et culturel helvétique diffère de celui de l’Europe, notre action tient compte de cette différence plutôt favorable pour l’instant. Nous nous mobilisons cependant afin d’éviter les dérives européennes, en sensibilisant la population suisse.

Depuis une dizaine d’année la situation concernant le commerce de la semence en Europe est devenue très tendue, en raison de réglementations visant à favoriser et à imposer aux jardinier, maraichers et agriculteurs l’utilisation des variétés issues de l’agro-industrie au détriment des variétés « dites traditionnelles ».

Un catalogue recense les variétés « autorisées » qui doivent répondre à des critères établis essentiellement pour favoriser les semences hybrides F1, les OGM et autres chimères génétiques, qui ne permettent ni la souveraineté ni la sécurité alimentaire indispensable. Les variétés du domaine public répondent rarement aux critères des catalogues malgré les preuves faites de leur intérêt et de leur qualité par un usage traditionnel séculaire.

Kokopelli travaille à diffuser des semences vivantes, reproductibles librement, qui appartiennent au patrimoine public et qui doivent être considérées comme un bien commun et non confisquée par un petit nombre d’acteurs économiques multinationaux.

La production de nos semences est assurée par des petits maraîchers et agriculteurs qui travaillent en agriculture biologique et reproduisent la collection des semences que nous conditionnons et vendons ensuite. Ils sont situés essentiellement en France.

L’action de Kokopelli se prolonge aussi par la sensibilisation du public à la qualité des sols et de l’humus, en vulgarisant les succès remportés à travers le monde par les pratiques d’agroécologie, solution reconnue y compris par la FAO comme le seul modèle agricole permettant de subvenir durablement aux besoins de la population.

Le troisième domaine de notre action est en relation avec la santé des pollinisateurs et des abeilles en particulier (jusqu’à 80% des colonies ont disparu ces dernières années), gravement atteintes, entre autre, par les produits chimiques vendus par ces mêmes lobbies et multinationales qui souhaitent restreindre ou interdire l’usage des semences du domaine public.

Le seul modèle qui permette d’envisager sécurité et souveraineté alimentaire à l’échelle locale ou globale, est un modèle d’agriculture qui garanti un sol et un humus vivant, des semences fertiles à pollinisation ouverte et libres d’usage, des pollinisateurs en bonne santé et des prix justes et rémunérateurs qui soutienne l’agriculture familiale.

L’action de Kokopelli s’appuie précisément sur ce modèle. Le public commence à comprendre les enjeux décrits ici et Kokopelli-Suisse est passé en quatre ans de 23 membres à plus de 700 aujourd’hui.

Pour en savoir plus sur nos activités, consultez notre agenda

Vous souhaitez devenir membre ? Consultez la page adhésion

Vous avez une question ? N’hésitez pas à nous contacter

 

Télécharger la Revue de l’Association Kokopelli, no 6 2013-2014 [.pdf]

 

 

 

 

Télécharger la Revue de l’Association Kokopelli, no5 2012-2013 [.pdf]

 

 

 

 

Télécharger la Revue de l’Association Kokopelli, no4 2011-2012 [.pdf]

 

 

 

 

Télécharger la Revue de l’Association Kokopelli, no3 2010-2011 [.pdf]